Infos et consignes - COVID-19

Département des sciences naturelles

Vous êtes ici

Verdir les terres agricoles : un projet de Jérôme Dupras obtient 4,5 millions $ de Québec

 

 

Demain la forêt, un projet dirigé par le professeur Jérôme Dupras, reçoit un appui de taille du gouvernement du Québec.

 

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie écologique, et professeur à l’Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT) de l’UQO, Jérôme Dupras est associé avec l’organisme Jour de la Terre Canada pour ce projet qui reçoit une subvention de 4 500 000 $. L’objectif sera de mieux comprendre quels rôles peuvent jouer certaines activités de verdissement ou pratiques en milieu agricole sur l’atténuation des changements climatiques et l’adaptation à leurs impacts.

 

Projet Demain la forêt

Planter des arbres en terres agricoles en échange de crédits carbone - La Presse - 22 juin 2022

 

L’annonce officielle s’est tenue aujourd’hui, 21 juin 2022, à Laval, en présence du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval, Benoit Charrette. Ce dernier était accompagné du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec et de la région de la Chaudière-Appalaches, André Lamontagne et du président-directeur général de l'Union des Producteurs agricoles, Martin Caron. La rectrice de l’Université du Québec en Outaouais, Murielle Laberge, était également présente à l’annonce.
 

 

De gauche à droite, sur la photo: le président-directeur général de l'Union des Producteurs agricoles, Martin Caron, la rectrice de l’UQO, Murielle Laberge, le professeur Jérôme Dupras, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec et de la région de la Chaudière-Appalaches, André Lamontagne, Alexandre Warnet  conseiller municipal à la Ville de Laval, le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval, Benoit Charrette, et le président de l'organisme Jour de la Terre Canada, Pierre Lussier (Photo: Mathieu B. Morin - Jour de la Terre Canada)


« La plantation d'arbres est une solution fondée sur la nature plus pertinente que jamais, a expliqué Jérôme Dupras. La recherche financée par le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques mettra à profit notre savoir-faire dans le déploiement de Demain la forêt, volet Infrastructures vertes, par lequel, depuis plus de 15 ans, nous renforçons la résilience et la santé des forêts et des milieux de vie. D'ici trois ans, nous aurons une meilleure idée du potentiel des parcelles agricoles non cultivables comme puits de carbone et générateurs de services écosystémiques. À terme, ce sont des dizaines de milliers d'hectares qui, une fois réaménagés, pourront séquestrer des millions de tonnes de GES. »

Jérôme Dupras a ajouté que ce projet s’inscrit dans une tendance internationale qui se manifeste entre autres par le retour de l’arbre dans les milieux agricoles. Bassiste pour le groupe Les Cowboys Fringants, il a également souligné le rôle de la Fondation Cowboys Fringants qui encourage la gestion saine, respectueuse et réfléchie de l’environnement. 

« L’UQO est fière d’être partenaire du projet Demain la forêt par l’entremise du professeur Jérôme Dupras, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie écologique, a affirmé de son côté la rectrice Murielle Laberge. Sa participation au projet vient confirmer son expertise largement reconnue en économie écologique et la nécessité de faire progresser la recherche et les connaissances dans ce domaine de grande importance pour l’avenir de nos communautés. »

« Scientifique, artiste et environnementaliste, Jérôme travaille avec ardeur à faire progresser la recherche et les connaissances dans ce domaine de grande importance pour l’avenir de nos communautés, a ajouté madame Laberge. Comme il le dit lui-même si bien, en cette ère de grands bouleversements environnementaux, nous avons besoin plus que jamais de réconcilier économie et écologie. »

La rectrice a souligné que les travaux du professeur Dupras et de tout l’équipe de l’ISFORT-UQO contribuent à faire progresser la recherche et les connaissances en lien avec la forêt et l’impact des changements climatiques.

« Sécheresse, grêle, érosion des sols; nos terres agricoles font face à plusieurs menaces en raison des changements climatiques. Ce projet-pilote nous permettra d’étudier plus avant la contribution possible de diverses solutions fondées sur la nature aux objectifs d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques du Québec et de déterminer quelles pratiques devraient être priorisées », a expliqué le ministre Charrette.

Le ministre Lamontagne a expliqué que les producteurs agricoles doivent faire face à de nouveaux enjeux en raison des changements climatiques. « Nous travaillons avec eux pour les aider à affronter ces défis de production. L'annonce d'aujourd'hui est en parfaite cohérence avec les efforts du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation en matière de lutte contre les changements climatiques, en plus d'être en harmonie avec le Plan d'agriculture durable 2020-2030, qui vise à doubler les superficies agricoles aménagées favorables à la biodiversité. J'espère que les résultats du projet pilote montreront des effets positifs pour l'agriculture et l'environnement. »

 

Plantation d’arbres

Grâce à la subvention accordée, l’organisation mettra en œuvre un projet-pilote incluant la plantation d’arbres, de végétaux et d’herbacés et la mise en place de pratiques agricoles innovantes sur des sites sélectionnés, notamment des coulées agricoles, ces espaces laissés en friche longeant un cours d’eau, où l’agriculture n’est pas possible en raison de la morphologie des terrains.

L’impact de ces mesures sera ensuite étudié. Le Ministère souhaite récolter des données afin de mesurer les gains climatiques que pourrait engendrer ce genre de projets, notamment quant aux flux de carbone et à la résilience climatique du secteur agricole. Nous en profiterons par ailleurs pour documenter les autres bénéfices environnementaux liés notamment à l’érosion des sols, à l’exportation de l’azote, du phosphore et de sédiments vers les cours d’eau engendrés par les différents aménagements du projet.

Pour mettre en œuvre le projet-pilote, Jour de la Terre Canada s’est allié plusieurs partenaires des secteurs de l’agriculture, de la recherche et de l’environnement, notamment la Chaire de recherche du Canada en économie écologique du professeur Dupras, l’Union des producteurs agricoles ainsi que la firme de consultants en environnement Habitat.

L’aide financière accordée par le gouvernement du Québec découle du Plan pour une économie verte 2030, plus précisément de la mesure 5.3.1. « Identifier et développer des mesures et des créneaux d’intervention additionnels en matière de transition climatique » de son plan de mise en œuvre.

 

 

Le 21 juin 2022