Vous êtes ici

Une formation en soins critiques pour aider les professionnels du CISSS des Laurentides

En cette période de pandémie, des membres de la communauté de l’UQO contribuent à la lutte contre la COVID-19 sous tous ses aspects. Aujourd’hui, nous vous présentons le travail des responsables de laboratoire Martine Rancourt et Stéphane Couture-Vallée.

Au début de la pandémie de la COVID-19, les responsables de laboratoire en sciences infirmières de l’Université du Québec en Outaouais | Campus de Saint-Jérôme ont partagé leurs connaissances afin d’offrir une formation condensée d’urgence en soins critiques à plusieurs professionnels de la santé du Centre intégré de la santé et des services sociaux (CISSS) des Laurentides.

Avant la crise de la COVID-19, Martine Rancourt et Stéphane Couture-Vallée, tous deux infirmiers cliniciens et responsables de laboratoire à l’UQO, étaient alors occupés avec la réorganisation de la fin du trimestre d’hiver et le déménagement des laboratoires en vue des travaux de modernisation. Ils ont immédiatement été interpellés par le CISSS des Laurentides pour offrir une formation personnalisée en soins critiques permettant de faire face à la COVID-19 dans les établissements de la région.

 

Une réorganisation rapide et efficace

En peu de temps, ils ont dû organiser un volet théorique et pratique en laboratoire ainsi que les lieux physiques pour passer d’une formation offerte aux étudiants à une destinée à des professionnels, en période de distanciation sociale. Ils ont également revu plusieurs protocoles : l’accueil des personnes, l’aménagement des locaux, l’entretien et la désinfection.

« Nous avons offert une formation intensive en tentant de bien les accueillir, malgré les circonstances. Nous avons voulu les outiller au maximum dans ce contexte. Il fallait aussi apporter une touche d’humour à travers les règles multiples pour alléger l’atmosphère », raconte Martine Rancourt.

Effectivement, le climat d’intégration de cette vingtaine d’employés de la santé n’était pas simple, certains quittaient des tâches stables avec des horaires de 8 h à 16 h pour aller combattre un virus dans des conditions encore méconnues. L’adaptation vers les soins intensifs a demandé, pour plusieurs, de se couper de leurs enfants pour éviter les risques de contamination.

Cette formation permettant de sauver des vies a été rendue possible grâce au travail de plusieurs personnes de l’UQO, dont Sylvie de Grosbois, vice-rectrice au développement du campus de Saint-Jérôme, Roseline Galipeau, directrice du Département des sciences infirmières et Lysane Paquette, professeure en sciences infirmières.

Les responsables de laboratoire sont maintenant revenus à leurs tâches quotidiennes auprès des étudiantes et étudiants en sciences infirmières, futurs professionnels qui travailleront aussi sur le terrain.

Nos responsables de laboratoire font preuve d’ingéniosité en soutenant les professeurs et les personnes chargées de cours dans l’enseignement de la pratique clinique. Ils s’affaireront à optimiser les activités et le fonctionnement des lieux tout en étant impliqués dans les travaux de construction des nouveaux espaces de laboratoires de l’UQO à Saint-Jérôme. Bref, une équipe qui ne prend aucune pause en période critique.

 

 

Aidez-nous à faire connaître ces personnes qui font la différence
dans cette lutte contre la COVID-19 : dcr@uqo.ca